En 2005, je rentre en France. Par amour Je fais partie du groupe international Transitoire Observable. En 2007 la barque de l'amour se brise. Je nage jusqu'à la Hollande, où je redeviens prof . Provisoirement.

 

 
 
 
 

<<

 

Je suis né à la Possonnière (Maine-et-Loire, France).

J'ai suivi toute ma scolarité à Nantes. Après avoir été viré du lycée Jules Vernes, j'ai subi les incontournables frères de Ploermel avant de terminer mes études secondaires à l'école Ozanam. J'écrivais des poèmes inspirés de Rimbaud.

En deuxième année de Lettres Modernes, j'ai fêté les événements de mai 68 comme une (la) Libération. Je n'écrivais plus de poèmes : "l'art, bourgeois et contre-révolutionnaire, est mort. "
Insoumis, je suis parti pour la Hollande. J'ai d'abord vagabondé dans Amsterdam. En 1970 je me suis fixé à Nimègue, ouvrier imprimeur. Travailleur illégal, je suis pris par la police qui me donne un permis de séjour.

En 1976, licencié économique, je trouve que le Grand Soir tarde à venir. Pour obtenir une bourse d'études j'adopte la nationalité néerlandaise. En 1980 j'obtiens le diplôme universitaire de littérature et de linguistique françaises.

De 1979 à 1990 je suis professeur de français langue étrangère dans un centre de formation pédagogique et dans l'enseignement supérieur pour adultes.

1986 devenu père, je recommence à écrire. Il y a bien sûr un rapport que je ne souhaite pas approfondir. Il en aura fallu du temps avant que "je me remette à l'art". 1988 premier poème publié dans une revue belge : Aménophis.

J'essaie tant bien que mal de combiner activités littéraires, vie professionnelle et vie familiale Je suis régulièrement publié dans de trop nombreuses revues.1990 licencié économique. En 1989 je fonde un bureau de traductions qui me pèse jusqu'en 1991.

1990 1992 professeur de français langue étrangère à l'Ecole Supérieure d'Economie (HES) Rotterdam. Je suis mécontent de ce que je publie et de ce que je lis dans toutes ces revues que je reçois. Je cherche une poésie indépendante d'une langue particulière.

En 1988 lors d'un voyage en Chine j'avais découvert les valeurs poétiques du signe Je me mets à dessiner des lettres à l'encre de Chine. Sans le savoir je réinvente la roue, que j'appelle "poésie à voir". En 1992 j'abandonne l'enseignement et je passe le concours d'entrée à l'Ecole Supérieure des Arts Arnhem que je quitte en 1993. Dessiner des nus et peindre des natures mortes en singeant le post-impressionniste ne m'attire pas.

1994 Membre actif de l'association (Guilde) des artistes de Gueldre En 1996 je découvre l'ordinateur pour d'autres fins que taper des textes. Nous voici provisoirement arrivés l'un et l'autre.